Blog

Le retour des Dionysies 2019 !


 

Insolite et unique, un événement parisien à ne pas manquer : Philippe Brunet et la compagnie Démodocos (www.demodocos.fr), dans le cadre du festival des Dionysies (www.dionysies.org) invitent le public à un marathon homérique en Sorbonne et à la Maison de la Grèce. Un événement co-organisé par le Service Culturel de Sorbonne Université, avec le concours de l’Université de Rouen, de la BNF, de l’ambassade de Grèce en France et des éditions du Seuil

Pendant trois jours, du 22 mars au 24 mars 2019, les aèdes de la compagnie et des lecteurs venus de tous horizons (notamment les amis du Café homérique) viendront lire la traduction de L’Iliade d’Homère parue au Seuil (Point Seuil 2012). La journée du 22 se finira la nuit avec l’expédition nocturne d’Ulysse et Diomède (la Dolonie) dans une cave du quartier latin. La particularité, ils scanderont le rythme des hexamètres en français. Pas d’épopée sans les six mesures de l’hexamètre. Danse de la parole et des mots, la lecture amène le public à voir autant qu’à entendre. L’inscription est gratuite. On peut même s’entraîner au karaoké sur le site démodocos….

Le festival programme également un concours de déclamation mis en place par J.-Ch. Saladin autour d’Erasme, le Gorgias de Platon par H. Badet et S. Poliakov (Lavoir Moderne Parisien), et du Lucrèce, dit par G. Boussard, enfin des tragédies d’Eschyle, Suppliantes, trilogie de l’Orestie (intégrale au grand auditorium de la BnF le 30 mars, réservation sur : www.fnac.com), traduites par G. Boussard, A. Münch, mises en musique par F. Cam, dans la mise en scène de Philippe Brunet, avec ou sans masque. La comédie sera présente aussi : l’Amphitryon de Plaute sera donné, et Ulysse chez Circé, grand succès tout public de la compagnie Démodocos, vient annoncer qu’en 2020, les Dionysies accueilleront l’intégrale de l’Odyssée d’Homère : récitals, spectacles, lectures…

Un retour sur la compagnie…

Philippe Brunet, professeur à l’université de Rouen, a créé la compagnie Démodocos en 1995 pour réinventer le répertoire antique. Poètes, musiciens, acteurs, chorégraphes s’y retrouvent pour fêter aujourd’hui des retrouvailles avec l’art issu de l’Antiquité et de la Renaissance, un art trop souvent maltraité par la tradition française néoclassique issue du siècle de Louis XIV et par un théâtre contemporain ignorant de ses origines.

Depuis plus 20 ans, ce théâtre fait école, forme des poètes, des musiciens et des comédiens : Perses, Antigone, Bacchantes, Œdipe roi, tout Eschyle, Grenouilles et Amphitryon constituent le socle de ce répertoire dramatique retrouvé, reconstruit dans l’art de dire et de jouer, mais rien ne se ferait sans les traductions des poètes (Homère, Virgile, Lucrèce) qui mûrissent autour des mises-en-scène, et sans les scénographes, facteurs de masques qui façonnent ce théâtre antique très nouveau.

Lorsque la traduction de Philippe Brunet est sortie en 2010, ce fut un événement dans la presse. Le texte apparaissait après plusieurs années de lectures, de marathons, de scansions, en costumes ou non, en Sorbonne ou en Avignon, sur les routes de France ou de Grèce. Aujourd’hui Philippe Brunet chante Homère sur la lyre éthiopienne (enregistrements faits pour l’exposition imminente Homère du Louvre-Lens) et promène sa dernière création L’Iliade ou la Joute (avec les aèdes G. Boussard, F. Cam, N. Lakshmanan), créé en février au premier Festival des Langues classiques de Versailles, et en tournée au Festival Européen Latin-Grec le 20 mars prochain. La compagnie sera présente à la 20e et dernière édition de la Semaine de Théâtre antique de Vaison-la-Romaine (Grenouilles et récitals, 7-8 juillet) et au Festival des Milliaires (Grenouilles et récitals, 3-4 août) et dans la cyclade Kea (Antigone, et projection du film Œdipe roi réalisé par Ph. Brunet, 10-11 août).

Ce retour 2019 à l’épopée est l’occasion de mettre en place un nouveau projet pour 2020.

La compagnie cherche des partenaires pour le projet Odyssées 2020, le texte d’Homère mis en scène dans le fil continu des mots et des gestes, dans l’alternance des chants restitués en grec ancien et refondés dans le slam du français scandé.

A propos :
Réservation sur : http://www.culture-sorbonne.fr/dionysies/programme/
Page Facebook : https://www.facebook.com/compagniedemodocos/
Courriel : theatredemodocos@gmail.com

Dionysies 2019 : retour à l’Iliade

Après l’intégrale d’Eschyle en 2018, retour à l’Iliade, à l’Iliade tout entière en hexamètres, retour à Argos pour les Danaïdes suppliantes, retour d’Agamemnon et d’Oreste dans la trilogie d’Eschyle, d’Ulysse errant dans l’Odyssée d’Homère, et du général Amphitryon vainqueur des Téléboens dans la pièce de Plaute !
Sans oublier nos amis de Lucrèce et Platon. Où sont passés les autres Perses, Antigone et Grenouilles…? Patience, ils fourbissent leurs nouveaux masques ou tournent cette année sur les routes de France et de Grèce.

En attendant le printemps, salutations dionysiaques de la troupe Démodocos

Agamemnon d’Eschyle le 3 décembre 2018 en Sorbonne

L’implacable tragédie du roi des rois, vainqueur à Troie, assassiné par son épouse Clytemnestre. Le premier mouvement de cette trilogie liée qu’Eschyle donna en 458 à Athènes sous le nom d’Orestie. Philippe Brunet et le Théâtre Démodocos donnèrent leur première version en 1997 dans A quand Agamemnon ?. La deuxième version fut jouée de 2010 à 2012.Représentation exceptionnelle le 3 décembre en prélude à l’intégrale prévue en mars aux Dionysies 2019.

Traduction d’Agamemnon : Guillaume Boussard

Mise en scène, musique : Philippe Brunet

Marionnettes : Catherine Bodilis

Costumes : Florence Kukucka

Avec Kevin Bhaugeerutty, Fantine Cavé-Radet, Yanis Cleret, Hubert Devos, Georgiana Hatara ; choeur : Guillaume Boussard, Philippe Brunet.

réservation en ligne ici


plus d’informations :
http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/agamemnon/

Les Perses à Kéa, un bilan

Cet été, après Paris, Vaison-la-Romaine et Argentomagus, la Compagnie a été accueillie à nouveau à Kéa dans les Cyclades par le maire et les habitants pour jouer Les Perses et poursuivre le tournage d’Œdipe Roi.

La terre de Kéa est profondément liée à notre travail. Des liens profonds de partage et d’amitié nous unissent avec les habitants de cette île des Cyclades. Notre présence à Kéa chaque été depuis trois ans a son origine dans la volonté d’un jeune grec de faire revivre le théâtre de son île qu’il a contribué à faire sortir de terre, à faire renaître, au point d’embarquer avec lui une troupe, la nôtre, et de mobiliser toute une population.

Que de beauté : le public d’Œdipe Roi gravissant la colline par petites grappes, la générosité des femmes de Kéa qui partagent leurs plats et leurs danses, l’accueil du nonagénaire Vranas dans son jardin à la nuit tombée, son témoignage, son regard, sa voix, ses mains, l’hymne delphique de notre comédien Yanis à la cornemuse.

Le fil qui unit la troupe à cette île est aussi ténu et précieux que celui qui nous lie au théâtre grec : nous vivons des moments enchanteurs avec la population et avec les publics : amateurs, avertis, collégiens, étudiants et sommes fiers et émus de « recréer » des instants magiques, en traversant les siècles, les mers et les continents, avec Eschyle comme avec Sophocle ou Homère.

Quelques photos dans notre galerie ici
Une vidéo ici

Vaison-la Romaine

L’intégrale d’Eschyle par la compagnie Démodocos au théâtre de Vaison-la Romaine du 8 au 11 juillet
4 jours avec Eschyle, dans le prestigieux décor du théâtre de Vaison-la-Romaine

Tenez vous prêts à accueillir Les Perses d’Eschyle de retour à Argentomagus ce 22 et 23 juillet, et à Kéa dans les Cyclades le 4 août.

De grands moments, une grande tournée, le grand jeu d’Eschyle-théâtre monde par la compagnie Démodocos
billetterie en ligne ici

Édito

Cher public,

C’est une tournée incroyable qui s’annonce à Vaison, du 10 au 13 juillet. On voudrait tous y être tout le temps, mais ce privilège n’appartient qu’aux spectateurs de Vaison qui tenteront l’expérience folle de voir tout Eschyle renaître au fur et à mesure que les acteurs viendront sur le plateau assumer le mot, le masque et le geste !

Bienvenue à Prométhée enchaîné et aux Suppliantes, spectacles de Démodocos nouveaux à Vaison !
L’Orestie avance, mais nous en sommes encore au commencement. De belles marionnettes viennent jouer devant nous, entre nos mains. Tout un bestiaire vient peupler le plateau de présences fantastiques !
Les Thébaines des Sept seront là, elles aussi !
La fusée perse, avec ses masques de Java, poursuivra sa trajectoire à Argentomagus pour deux représentations le 22 et 23 juillet, après une projection des Bacchantes le 21 juillet !

Petit à petit, de jolies traces de nos rêves s’impriment sur les écrans. Il faut filmer encore et encore, sinon qui le fera pour nous ?
En allant jouer Les Perses à Kea le 4 août, nous irons retrouver le palais de Thèbes et le Cithéron
On est fauchés, mais on y arrivera, grâce à vos dons sur Hello Asso.

Salutations dionysiaques
Philippe